Projet ISTEC Phase I: Baccalauréat professionnel: Option "Métiers de l'eau" (in French) [Project ISTEC Phase 1 : Professional baccalaureat : option “Water-related Occupations”]

3783 views

Page selection:
  • psakoro
  • Topic Author
  • Posts: 3
  • Likes received: 0

Projet ISTEC Phase I: Baccalauréat professionnel: Option "Métiers de l'eau" (in French) [Project ISTEC Phase 1 : Professional baccalaureat : option “Water-related Occupations”]

PROJET DE CREATION D’UN INSTITUT DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L’ENVIRONNEMENT CONSTRUIT
(I.S.T.E.C.)

Phase 1 : création d’un bac professionnel

I – EXPOSE DES MOTIFS
La crise profonde au plan international et la faiblesse des institutions de notre pays accroissent les facteurs de blocage du développement national et mettent à l’ordre du jour les initiatives privées qui s’imposent pour mener à bien les missions au service de nos populations.
Le secteur de l’eau de l’assainissement et de l’environnement est partie prenante à cette situation qui a atteint son point culminant avec la dernière saison pluvieuse ; En effet, de nombreux ouvrages hydrauliques ont été emportés comme des châteaux de cartes, signe à la fois de la faiblesse des normes de conception et de dimensionnement de ces ouvrages et de la crise de la science et la technique dans le pays.
Malgré les efforts pour faire face à la situation, force est de constater que l’on assiste à la mise en place simplement de capacités opérationnelles d’un système de production déjà inadapté, mais surtout inapte à la recherche et au développement de la pensée, chose qui vise à briser toutes velléités de planification et d’organisation d’un développement véritable et durable du pays.
De plus les initiatives autonomes, à travers les églises catholiques et protestantes dans l’enseignement supérieur contribuent à renforcer cette tendance, avec comme conséquence l’accès de plus en plus difficile de l’enseignement secondaire et supérieur aux enfants.
C’est dans la perspective d’une réaction contre la dégradation de la situation que la réflexion a été menée en vue de la création d’un baccalauréat professionnel, option métiers de l’eau. Les premiers constats qui ont favorisé l’émergence d’une telle initiative sont les suivants :
• Toutes les compétences du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’environnement y compris ces dernières années le cycle de technicien supérieur c'est-à-dire bac + deux années sont « formées sur le tas » dans notre pays.
• La sélection draconienne de l’école professionnelle est un facteur de chômage massif des jeunes
• La question de la surveillance des ouvrages hydrauliques est très insuffisante du fait de l’absence de compétence sérieuse à même de rapporter systématiquement et rationnellement la survenue de problèmes liés au fonctionnement et à l’exploitation de ces ouvrages. C’est ce que la dernière saison des pluies a mis à jour : on ne se rend compte de la situation que lorsque l’ouvrage « a foutu le camp ».
• De plus, la mise en place de la décentralisation n’a pas réglé la question de la dévolution des capacités de surveillance et de suivi du fonctionnement des infrastructures, les moyens des communes étant très limités pour employer des techniciens supérieurs (les seuls que le marché de formation produit aujourd’hui dans le secteur), trop budgétivores au regard de leurs finances propres. C’est toute la problématique de la hiérarchisation et de la répartition des ressources humaines à même de valoriser les instruments de production, et surtout de rendre compte au quotidien des problèmes qui découlent de leur fonctionnement et exploitation.
• L’état a entrepris de façon non conséquente de déléguer la gestion des ouvrages aux communes sans prise en compte de leurs capacités et savoir-faire intrinsèques pour ce faire
• La catastrophe du 1er Septembre 2009 a fini par révéler les carences dans le suivi, la mise en oeuvre et le manque de compétence dans le secteur à l’échelle du pays.

C’est devant ces insuffisances liées à l’offre de formation appropriée dans le domaine, que nous avons pensé de nous y investir pour éviter la destruction programmée des capacités hydrauliques du pays, avec les conséquences que l’on vit pour les populations et leur environnement.
De manière spécifique, il s’agit de :
• Améliorer l’accès des jeunes de notre pays aux sciences et techniques de l’eau tout en leur inculquant des valeurs essentielles comme l’éthique, la compétence et le patriotisme ;
• Défendre la science et la technique dans un secteur capital pour notre pays comme celui de l’eau face à la cupidité de certains promoteur, uniquement préoccupée par les profits qu’elles peuvent tirer de l’activité dans le secteur ;
• Créer des emplois à des burkinabé qui pourront exercer une activité leur procurant des revenus.

Après analyse des avantages et inconvénients, il est proposé que l’école à créer appartienne à un privé Toutefois l’assistance de l’Association des Ingénieurs et Techniciens du Burkina (A.I.T.B.) sera utilisée afin de bénéficier pleinement de certaines ressources, relations et potentialités de l’Association.

This attachment is hidden for guests.
Please log in or register to see it.

This message has an attachment file.
Please log in or register to see it.

You need to login to reply
Page selection:
Share this thread:
Recently active users. Who else has been active?
Time to create page: 0.270 seconds